Dieu fait toute chose bonne en son temps

Classé dans : Editorial | 0

Lire Esaïe 28/23-29

Nous savons tous que le travail du cultivateur dépend absolument du temps, de ses saisons, de la pluie, du soleil, des semances, du traitement des semis et du traitement des produits récoltés. Ainsi le sachant ou voulant l’ignorer le cultivateur tire profit de la sagesse divine qui a répartit les saisons et lui a fourni une variété de graines adaptées au terrain. Il ne peut sans dommage passer outre les règles de la création. Donc en agriculture, il faut être trés ordonné. On ne peut pas mélanger les choses et les genres, les travaux doivent succéder dans un ordre bien défini dépendant les uns des autres.

Par exemple, il y a le temps :

1°) Du labourage, 2°) du hersage, 3°) du roulage, 4°) du semis, 5°) de la récolte, 6°) des différentes façon de traiter cette récolte.

Quand l’Esprit Saint s’est saisi du prophète Esaïe pour mettre en relief ces choses naturelles et courantes de la vie c’était en vue d’une application d’ordre spirituel et moral dans la vie des croyants. Les lois naturelles et spirituelles ont la même source et se rejoignent. Ce texte prophétique d’Esaïe 28 est une allégorie ou le sens littéral met en évidence un sens spirituel que nous devons définir. Nous sommes à même de constater aujourd’hui, ce qu’il en coûte à l’humanité de ne pas avoir respecté les règles naturelles de la création, qui sont l’expression de la sagesse de Dieu. le monde est dans une grande angoisse de ce qui se produit de malheureux. En parallèle, nous voyons de même, ce qui se produit de malheureux dans le domaine religieux lorsqu’on ne respecte pas la sagesse infiniment variée de Dieu qui s’est exprimée à travers les premires disciples du Christ dans l’église du commencement : (LIRE Ephésiens 3/8-12).

Je crois qu’il y a des temps de Dieu, dont nous devons tirer parti sans précipiter les choses et sans les mélanger. Nous devons entrer paisiblement dans ces temps fixès par Dieu. Nous voudrions bien sur moissonner tout de suite, c’est un noble désir mais n’oublions pas que cela dépend de Dieu qui  » Fait toute chose bonne en son temps… » Ecclésiaste 3/11, mais de notre côté il nous est demandé :  » Ne nous lassons pas de faire le bien; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas. » Galates 6/9.

Il y a des temps marqués dans l’oeuvre de Dieu, c’est ainsi que le Fils de Dieu annoncé, depuis des millénaires ne parut qu’en son temps : « Mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi, afin qu’il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l’adoption. » Galates 4/4-5.

N’oublions pas qu’entre l’Ancien Testament et la parution du Nouveau, il s’est écoulé 400ans (Entre le livre du prophète Malachie et Jean Baptiste dernier prophète de l’Ancienne Alliance.)

Ce fut un temps de silence, apparemment vide d’actions divines, néanmoins contrôlé par l’Eternel, et ayant sa raison d’être. Ce qui fut trés court pour Dieu ou Mille ans sont comme un jour dit la Bible. De même localement et de façon particulière il faut se soumettre au processus voulu par Dieu afin que s’accomplisse sa volonté  et dont Jacques dans son épitre fait allusion , rejoignant ainsi l’allégorie du prophète Esaïe chapitre 28.

Jacques chapitre 5/7-8  » Soyez donc patients, frères jusqu’à l’avènement du Seigneur. Voici, le laboureur attend le précieux fruit de la terre, prenant patience à son égard, jusqu’à ce qu’il ait reçu les pluies de la première et de l’arrière-saison.Vous aussi, soyez patients, affermissez vos coeurs, car l’avènement du Seigneur est proche. »

En effet il y a le temps du labour spirituel dans l’église, ou l’Esprit Saint travaille les consciences pour produire une terre propre à recevoir la semence. Et quand viendra le temps de la moisson, ce temps heureux pour l’église qui est aujourd’hui profondément d’actualité, urgent… Matthieu 28/19-20  » Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit,et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde. »

Ce travail est délicat et nécessite beaucoup de consécration de la part de chacun. Nous l’avons souligné, la diversité des semences récoltées requiérent une diversité de traitements.

En conclusion, vraiment nous ne pouvons faire bien ce travail sans l’aide du Seigneur Jésus et sans s’être engagé avec patience et persévérance dans le processus de la volonté et du plan de Dieu. Et sans l’Esprit-Saint qui existe pour nous conduire dans toute la vérité.

Nous sommes là certainement pour un temps marqué par Dieu. Soyons patients et ne nous relâchons pas.

Je vous souhaite à tous une excellente rentrée scolaire 2018-2019 et surtout de croissance perosnnelle et de l’église de Graulhet et son secteur.