Dieu parle à votre coeur 1ère Partie

Classé dans : Le Mot du Pasteur | 0

INTRODUCTION

Le Psaume 119 diffère de la plupart des Psaumes en ce qu’il n’est pas un chant spontané, mais plutôt un écrit soigneusement structuré et composé. C’est un psaume acrostiche, parce que chacune de ses 22 strophes commence par une lettre de l’alphabet hébreu.

« Poème alphabétique » dont les strophes (22) commencent par successivement les 22 lettres de l’alphabet hébreu (cf. les 4 premiers chapitres des LAMENTATIONS, la fin des PROVERBES, les PSAUMES 25, 34, 37, 111, 112, 145, 9 et 10 primitivement réunis. On suppose que cela servait d’abécédaires aux enfants.

LA PAROLE DE DIEU SOURCE DE LA VRAIE SAGESSE

Sagesse :

  • d’une autre nature que la ruse des méchants (v. 98)
  • d’une autre nature que la science des maîtres (v. 99)
  • d’une autre nature que l’expérience des vieillards (v. 100)

L’ATTITUDE DU PSALMISTE VIS-A-VIS DE LA PAROLE DE DIEU

1 – Il l’aime

  • il l’aime car source de délices
  • il la savoure avec plus de plaisir que du miel (v. 103)
  • il y tient plus qu’à des milliers de pièces d’or (v. 72 – 127)
  • elle vaut un héritage (v. 111)
  • elle vaut un riche butin (v. 162)
  • il en admire les merveilles (v. 18-27)
  • il remercie Dieu pour les épreuves qui lui en font connaître le prix (v. 71)

 

Cet amour est proportionel à la douleur qu’il éprouve devant l’infidélité des hommes à cette Parole (v. 136 ; 158 – indignation v. 53 ; 139).

2 – Il la médite

  • tout le long du jour (v. 97)
  • en récite les sentences (v. 13)
  • le sujet de ses chants (v. 54)
  • jusqu’à 7 fois par jour (v. 164)
  • au milieu de la nuit (v. 62)
  • 18-33, 34, 66, 68, 124-125, 169-171, demande la révélation, l’illumination pour arriver par cette méditation à la connaissance de Dieu.

3 – Il y obéit

La connaissance de la vérité ne suffit pas si on n’y conforme pas notre vie.

  • avec soin (v. 4)
  • sans retard (v. 60)
  • de tout son cœur (v. 69)
  • en tremblant (v. 120)

4 – Il la fait connaître :

  • 43  : elle est dans sa bouche
  • 41-42  : pour pouvoir répondre
  • 46  : en parler devant les Rois
  • 17-172 : mieux le faire dans l’avenir que par le passé

METHODE SELON LAQUELLE LE PSAUME VA ÊTRE ETUDIE

  • Les 22 strophes de 8 versets de ce psaume commencent par les lettres de l’alphabet hébreu.
  • Chaque verset de chaque strophe commence par la même lettre.
  • Chaque lettre a une signification
  • Chaque strophe sera donc étudiée avec comme fil conducteur la signification de la lettre qui commence chacun des versets qui la composent.
  • De plus, les strophes seront regroupées par centre d’intérêt.

ALPHABET HEBREU DANS LE PSAUME 119

V. 1 à 8     Aleph

V. 9 à 16    Beth

V 17 à 24   Gimel

V 25 à 32    Daleth

V 33 à 40   

V 41 à 48   Vav

V 49 à 56    Zaïn

V. 57 à 64   Kheth

V 65 à 72    Teth

V. 73 à 80   Yod

V. 81 à 88   Kaph

V. 89 à 96   Lamed

V. 97 à 104    Mem

V. 105 à 112  Nun

V. 113 à 120  Samek

V. 121 à 128  Aïn

V. 129 à 136  Phé

V. 137 à 144  Tsadé

V. 145 à 152  Koph

V. 153 à 160  Rech

V. 161 à 168  Chin

V. 169 à 176  Tav

I –  STROPHE DU VERSET 1 AU VERSET 8

Chaque verset de la strophe commence par la lettre « ALEPH » qui signifie « BŒUF ». Ce terme évoque à la fois « Christ » et le « Chrétien »

1 – animal à la marche patiente, persévérante, régulière : verbe-clé « marcher » (v. 1)

Il ne s’agit pas tant d’accomplir des pointes de vitesse que d’aller sûrement jusqu’au bout. Le bœuf connaît son possesseur (Es. 1/3). Le chrétien aussi : c’est Dieu. Cela influence sa marche qui est selon la loi (v.1), soigneuse (v. 4), bien réglée (v. 5).

2 – animal toujours prêt au travail et au service :

I Cor. 9/9-10 et 1Tim. 5/18. Ces textes montrent que Dieu parle des bœufs à cause de nous. Notre meilleur travail et notre meilleur service consistent d’abord dans l’obéissance à la Parole de Dieu. Ceci vaut mieux que tous les sacrifices (1 Sam. 15/22).

Ayons aussi un service vigoureux comme celui du bœuf pour une récolte abondante à la gloire de Dieu (Prov. 14/4).

3 – animal de sacrifice :

  1. 7 : il est question des « lois de la justice ». Pour satisfaire à cette loi, Christ a donné sa vie en sacrifice. A sa suite, donnons la nôtre (Rom. 12/1-2).
  1. 7 : « Je te louerai dans la droiture de mon cœur » est en rapport avec le sacrifice de louanges à offrir à Dieu (Hebr. 13/15).

 

II –  STROPHE DU VERSET 17 AU VERSET 24

Chaque verset de la strophe commence par la lettre « GIMEL » qui signifie « CHAMEAU ».

1  – voyageur du désert : c’est une définition correspondant à cet animal. De même, le chrétien est « étranger sur la terre » (v. 19).

2  – ruminant : Il transforme sa nourriture en une réserve d’eau et de graisse qu’il transporte sur son dos. Le Psalmiste « rumine » (médite la parole qui devient sa nourriture : v. 18, 20, 23, 24).

3 – Il est ainsi rendu indépendant pour vivre ou survivre dans le milieu dans lequel il vit (le désert) ainsi que de son entourage (v. 21-23).  Le Psalmiste fait la même expérience à l’égard des orgueilleux, des princes qui se lèvent contre lui (Eph. 6).

4 – Se met à genoux pour être chargé et déchargé.  Jacques responsable de l’église de Jérusalem était surnommé « genoux de chameau ».

  • être chargé (v. 20)  (à genoux dans la prière et la consécration), des lois de Dieu concernant le salut du monde, la sanctification, les fardeaux de l’Eglise.
  • être déchargé (v. 22) (de l’opprobre, mais non de Christ – Hébr. 11/26), mais de l’opprobre du péché, de la honte de nos fautes. « Fléchissons les genoux devant le Père » (Eph. 3/14) pour être déchargés des fardeaux, soucis, moqueries. Allons à Guilgal « action de rouler » : Josué 5/9.

III – STROPHE DU VERSET 65 A 72

Chaque verset de la strophe commence par la lettre « TETH » qui signifie « SERPENT ».

Nous trouvons en cela 2 applications :

 la prudence du serpent La parole de Dieu est source de prudence et de sagesse (v. 66 )  « bon sens et intelligence ».

les avantages de l’affliction Le serpent est l’adversaire, Satan. Mais, il y a des avantages à retirer de l’adversité.

  1. 69 : des orgueilleux (= le péché de Satan) imaginent des faussetés (= le caractère du serpent : le menteur).
Les leçons de l’affliction : (le serpent fait une œuvre qui le trompe).
  1. 67 : Nous rapproche plus près de Dieu. Dieu se sert des morsures du serpent pour nous ramener dans des voies de discipline.
  1. 71 : Apprendre les statuts : les expériences nous donnent de les connaître non en théorie mais en pratique.
  1. 72 : Apprécier davantage la Parole de Dieu. Quand on a vu tout s’effriter autour de nous, on apprécie d’autant plus la valeur de la Parole de Dieu que dans ces moments là elle fut notre seule force, la seule chose qui demeurait.

Mais une épreuve peut aussi bien « tuer » le chrétien que « l’élever ». Tout dépend de son attitude et de sa réaction. Seuls ceux qui aiment la Parole de Dieu et la gardent de tout leur cœur (v. 69) triomphent, contrairement à ceux qui se rendent le cœur insensible comme la graisse (v. 70).

IV –  STROPHE DU VERSET  105 AU VERSET 112 

Chaque verset de la strophe commence par la lettre « NUN » qui signifie « POISSON ».

Note : L’emblème des premiers chrétiens était « ICHTUS » qui veut dire « POISSON » en grec et Josué  était « fils de NUN » (Jos. 1/1).

Selon Lev.11/9, le poisson est un animal pur s’il possède des nageoires et des écailles. Les premières servent à maintenir l’équilibre, à se mouvoir, à ne pas être entraîné par les courants mais à lutter contre eux (pour nous : ceux du monde, de la pensée des hommes, de ses tendances naturelles et charnelles). Les secondes constituent une sorte de protection à l’égard de l’élément extérieur : l’eau (image des choses visibles).

Voir les versets 109 à 110 : Il y  a les courants et l’agressivité du monde et des méchants. Lire le verset 105 : nos nageoires et nos écailles ne peuvent être que la Parole Vivante de Dieu qui est notre protection contre le péché et le diable si nous nous appliquons à lui être fidèles.

A SUIVRE…