Dieu parle à votre coeur. 2ème Partie

Classé dans : Le Mot du Pasteur | 0
Le thème de cette deuxième partie de ce Psaumes 119 est:

LA MAISON

I – STROPHE DU VERSET 9 AU VERSET 16

Chaque verset de la strophe commence par la lettre « BETH » qui signifie « MAISON ».

Cette « maison » est évoquée à 2 niveaux.

  • mot-clé : « cœur » (v. 10 et 11).

Le cœur du chrétien devient, par la foi en Christ et la présence de la Parole, la Maison de Dieu sur un plan individuel ==> (1 Cor. 3/16 – 1 Cor. 6/19 – Eph. 3/17 Rom. 8/9 – 1 Pi. 3/5).

Evitons (Matt. 12/44) que cette maison, balayée et ornée par la grâce de Dieu, ne se trouve un jour vide. C’est pourquoi le Psalmiste remplit la maison de son cœur de la Parole de Dieu (v. 10).

L’Eglise est aussi la Maison de Dieu sur un plan plus général ==> (Eph. 2/22 – 1 Pi. 2/5).

  • la maison de Dieu est aussi suggérée là, sous-entendue comme but à atteindre en tant que « Maison du Père » (Jn. 14/2).

Elle est évoquée ici derrière l’allusion faite au chemin qui y conduit  (v. 9 et 15), chemin à ne pas perdre de vue.

II – STROPHE DU VERSET 25 AU VERSET 32

Chaque verset de la strophe commence par la lettre « DALETH » qui signifie « PORTE ».

V. 32 : « tu élargis mon cœur ». La porte est un accès. C’est par elle que Dieu accède à la « maison du cœur » et à la « maison de l’Assemblée » (Apo. 3/20). Nous devons avoir un cœur largement ouvert et accessible (2 Co. 6/13 – 2 Co 7/2). Les Thessaloniciens avaient une porte à leur cœur ==> 1 Thess. 1/9.

1) Prise de conscience de l’étroitesse naturelle du cœur pour les choses de Dieu. Il est souvent fermé et insensible (Matt. 13/15).

V. 25 : « mon âme est attachée à la poussière » (ouverture naturelle aux choses d’en-bas) mais le Psalmiste n’accepte pas cette situation : « rends-moi la vie ».
V. 28 : « mon âme pleure de chagrin » à cause de ce combat : « relève-moi ».

2) Manifestations d’un cœur élargi : « porte ouverte » (Lydie : Actes 16/ 14).

Attention à ne pas se méprendre sur le sens « large » ou « ouvert ». Il ne s’agit pas de créer des « courants d’air » ou d’élargir le « chemin resserré » et la « porte étroite ».

  • Un cœur élargi possède la porte de l’intelligence (v. 27) Intelligence spirituelle.
Luc 24/45 : pour connaître la Parole et la comprendre.
Eph. 1/18 – Col. 1/9 : pour comprendre ce qu’est la volonté de Dieu. Par les dons de l’Esprit, il y a un élargissement de nos limites et facultés naturelles de sagesse, de connaissance, d’inspiration.
  • un cœur élargi est rendu capable d’obéir à Dieu: « largeur » ne veut pas dire « anarchie ».
V. 29 et 32 : « je cours » : obéissance joyeuse et facile aux commandements de Dieu. Le cœur élargi est « circoncis », donc libéré de l’entrave de la chair, il accède à plus de sainteté, de possibilités d’obéissance, d’amour, de service, contrairement à un cœur étroit, fermé à l’Esprit de Dieu.
Lire 2 Co. 6/11-18 : le cœur large est libéré de ce qui ne plaît pas à Dieu ==> (v. 14 à 16).
2 Co. 3/6 : l’Esprit vivifie : si la porte est ouverte, il donne la capacité d’obéir ==> (v. 5). C’est son ministère ==> (v. 7).
  • La porte est fermée au péché et à l’amour des choses du monde.
29 : « éloigne de moi la voie du mensonge ».

 III – STROPHE DU VERSET 33 AU VERSET 40

Toute maison normalement constituée, bien construite aura des FENÊTRES . Chaque verset de la strophe commence par la lettre «  » qui signifie « FENÊTRE ».

 v.37 : « mes yeux » ==> Les yeux, dit-on, sont les fenêtres de l’âme. Jésus a dit : « la lampe du corps ». Par les fenêtres on peut aérer et renouveler l’atmosphère qui devient viciée. Par elles, on fait aussi entrer la lumière du soleil et on s’en sert pour regarder (bonne curiosité spirituelle envers les choses de Dieu ! ).
 1) Ouvrir les fenêtres
33 à 36 : laisser entrer la connaissance de Dieu et des lois spirituelles.
– Christ est la « fenêtre » pour voir Dieu (Jn. 14/9).
– Le St-Esprit est la « fenêtre » pour trouver Dieu (1Co. 2/10-11). (L’arche de Noé avait une fenêtre ouverte vers le haut – Gen. 6/16).
– L’amour est la fenêtre qui permet de bien « voir » les autres et leurs réels besoins.
2) Fermer les fenêtres
37 : « Détourne ma vue des choses vaines » ==> Ne pas regarder à ce qui n’édifie pas ou à ce qui décourage (Hébr. 12).

 IV – STROPHE DU VERSET 41 AU VERSET 48

Chaque verset de la strophe commence par la lettre « VAV » qui signifie « CLOU ». Pour qu’une maison tienne debout, il faut que ses éléments soient attachés les uns aux autres et bien unis entre eux (d’où la nécessité, entre autres, du clou).

1) Un clou évoque aussi quelque chose à quoi on peut s’accrocher avec certitude.
42 : « Je me confie en ta Parole ». C’est quelque chose de sûr : (2 Tim. 3/14 – Luc 1/4).
 a) Parole écrite : la Bible.
    On peut s’y accrocher : on n’a pas pu la convaincre d’erreur. C’est une parole certaine et entièrement digne d’être reçue (1Tim. 1/15 et 4/9).
 b) Parole faite chair : Christ « le clou » 22/23-26 – Zach. 10/4
    Le terme « clou » est aussi un terme figuré désignant un chef (Christ, chef de l’Eglise, Chef et consommateur de la foi- Eph. 4/15 – Héb. 12/2).
 c) A nous de devenir des clous: que les autres puissent s’accrocher à la solidité de notre témoignage et comportement chrétien.
2) Ecc. 12/13 : « le clou » : le témoignage du chrétien fidèle aux écritures.  Que nos paroles aient de l’impact dans les cœurs : (Actes 2/37).
42 : répondre
43 : parole de vérité dans ma bouche
46 : je parlerai de tes préceptes.

 V –  STROPHE DU VERSET 57 AU VERSET 64

Chaque verset de la strophe commence par la lettre « CHETH » qui signifie « CLOTURE ». Il y a là une idée de protection quant à la « maison » (Matt. 6/19 – Matt. 24/43). Deut. 22/8 : la balustrade obligatoire autour du toit (en terrasse).

 1)  Le besoin de protection
61 : « les pièges des méchants » : les ruses du diable ; les tentations.
 2)  Les moyens de protection
57 : obéir ;  v. 58 et 62 : prier et louer Dieu ;
59 : « se garder soi-même » (1 Jn. 5/18) ;
63 : veiller à nos fréquentations ;
64 : la bonté de Dieu en qui nous avons foi.

 VI –  STROPHE DU VERSET 97 AU VERSET 104

Chaque verset de la strophe commence par la lettre « MEM » qui signifie « EAU ». L’eau est indispensable à l’intérieur de la maison. Dieu nous l’a donnée (Jn. 4/14) :

  • pour boire et se désaltérer (v. 97 et 103).
  • pour laver et garder propre. C’est là le souci exprimé au verset 101 et au verset 104. C’est le rôle de la Parole de Dieu : Jn. 15/3 – Eph. 5/26 – 1 Pi. 1/22 – Jn. 13/14 – Nbres. 31/23.
La valeur dans l’A.T. de l’eau expiatoire et purificatoire – la cuve d’airain pour le lavage des sacrificateurs.

VII –  STROPHE DU VERSET 169 AU VERSET 176

Chaque verset de la strophe commence par la lettre « TAV » qui signifie « MARQUE » (en forme de croix).

Ceci permet d’identifier la maison.
Ez. 9/4 =  la « marque » de l’intercession
Ex. 12/13 =  la « marque » du sang de la rédemption.
C’est cet esprit qui caractérise la strophe :
169 : cri
170 : supplication
174 : soupir

La marque du chrétien : le sceau de l’Esprit = le sceau de la justice = la circoncision (Rom. 4/11 et 2 Co. 1/22). Le signe de l’appartenance à Dieu, la preuve de la nouvelle naissance, le sceau qu’a laissé la justice de Dieu si elle est réellement passée sur « la maison » de notre cœur, est un esprit circoncis.

Comme déjà vu précédemment, la circoncision n’est pas une amputation seulement, mais un élargissement pour de nouvelles possibilités :
v. 169 intelligence
v. 170 délivrance
v. 171 louange
v. 172 chant
v. 175 vie
A SUIVRE…